Ce găsim căutând bine în acest blog

2017-02-16

Lettre ouverte aux élus de Dammartin en Serve

Après dix ans de ménagements de susceptibilités locales, dans l'intérêt de patients, les Entretiens du Cabinet Médical Saint André disent toute la Vérité...



by Dr Dan Waniek, MD

Copyright © 2017

All Rights Reserved.
Copyright Requests Here Please !



Mesdames, et Messieurs du Conseil Communal de Dammartin en Serve,

Mes 39 lettres qui vous ont été adressées, pourtant envoyées en courrier RAR ces dix dernières années ont rencontré toutes un silence assourdissant.


Au village, enterrer les fils électriques d'une rue c'est peut-être utile. Mais quand le médecin du village est enterré aussi, par vos "soins", dans la grange aménagé en cabinet médical, c'est sûrement moins utile pour les patients, pour la famille du médecin, pour le médecin, pour ses patients, et surtout pour l'honneur des élus de la commune.


Ceci est fait pourtant systématiquement par certains d'entre vous, avec un acharnement bien prouvé, vous le voyez vous mêmes, et largement au-delà du bénéfice du doute, depuis plus de quatre ans maintenant.


Le médecin du village est effectivement enterré, à l'instar des fils électriques de la route nationale, depuis quatre ans, sous vos regards bienveillants d'élus, préoccupés par les priorités du "bien commun". Tout cela se fait sans cesse, avec votre acceptation tacite, ou explicite, et notamment par des nombreux (trente-neufs) "oppositions aux tiers détenteur".


Ces opérations successives, illégales mais néanmoins et diaboliquement persévérantes, bloquent, malgré tout, les allocations de cancéreux du médecin tombé malade, vous vous souvenez, par épuisement au service de patients, vos électeurs.


Ainsi, et avec votre connaissance, sinon avec votre accord explicit, le minimum vital de revenu pour l'exercice de la médecine au village, pour entretenir sa famille, pour rester en vie et pour se soigner correctement, n'est plus assuré depuis quatre années. C'était la période la plus importante pour le destin du médecin, le devenir de sa greffe du foie.


Le Maire, par exemple, a attendu le séjour du médecin cancéreux en réanimation pour lui couper ses allocations de survie, lui bloquer tous ses comptes, en même temps que la coupure de l'électricité dans son cabinet. Malgré tout, le Maire n'a jamais cessé, en quatre ans, de tout bloquer. Peut-être a-t-il un problème !


Effectivement, son comportement fait suite à des illégalités flagrantes que le Maire souhaiterait cacher par davantage d'illégalités. Peut-être ces déficits dans sa perception persistent dans l'espoir d'une "noyade du poisson", d'une prescription, ou de ceux deux fausses idées ensemble. Ceci ne pourrait exister, même avec la plus laxiste des exceptions par l'exercice de l'imagination, dans un état de droit.


Par exemple l'invitation faite au médecin de s'installer au village seulement pour payer un loyer exorbitant, pour un immeuble inexistant à l'époque, a cherché d'emblée de "noyer le poisson".


Proposant un bail illégal, signé d'avance, sans état de lieux, pour un immeuble inexistant et pour un loyer outrancier, le Maire a donné le ton dès le départ. Les variations ont commencé tout de suite, quand le Maire a exigé, moyennant le Trésor publique, de se faire payer un loyer même pour la période de "construction" du "cabinet-logement" (aménagement spéculatif d'une grange).


Dans le but avoué de réussir, malgré tout, une opération indigne, de spéculation immobilière, le Maire s'est comporté comme si le médecin spécialiste, expérimenté et renommé, était une source de revenu pour la Mairie, non pas un fournisseur de soins pour les électeurs.


C'était pour servir les électeurs que le Maire n'a pas répondu aux injonctions d'aménagement du cabinet médical pour le rendre habitable au lieu de cacher la misère dans une grange à toit ouvert, à travers duquel on voit toujours le Ciel ?


Travailler comme médecin dans une commune qui ne se donnerait pas les moyens pour le loger dans un cabinet autre que la grange, pouvait être toléré quelques mois, en cache-misère. Mais au bout de dix ans après des pareilles "traitements", peut vraiment un élu, toléré pour ses écarts, s'appeler encore Maire ?


C'était dans ses qualités d'élu qu'il a insisté, par une spéculation immobilière immonde, d'extorquer un loyer trois fois plus élevé que dans les communes voisines, dont certaines proposent, même gratuitement, un vrai cabinet, seulement pour avoir, par les temps qui courent, le bénéfice de la présence d'un médecin ?


La grange inhabitable, par le toit de laquelle la pluie et le vent rentrent toujours, au point ou seul le plancher en pente douce empêche l'inondation de l'étage, serait encore, après dix ans, "aux normes" ?


Est-ce que le Maire et le Conseil veulent vraiment la présence du médecin, et alors son argent, ou sa vie, à l'instar d'une association de malfaiteurs au profit d'une entreprise terroriste ? L'argent ou la vie ?


Le problème est, vous comprenez, le fait que le médecin, cancéreux et transplanté de foie, n'a que Dieu, ses patients, et ses compétences pour survivre avec sa famille.


Par conséquent, le blocage par la Mairie des comptes du médecin depuis quatre années l'empêche effectivement de travailler et donc de payer quoi que ce soit.


Combiner habilement la coupure illégale de revenus avec l'envoi des huissiers de justice pour récupérer le produit de ces mêmes revenus - voilà le jeu perdant auquel s'adonne, amusé et inerte, le Maire, depuis des années. Pour quoi ?


Pour le bonheur de ses ses électeurs ? Pour les coteries du Parti Unique ? Pour le prolétarien de l'État, ou pour les commissaires du peuple ? Bien sûr la Mairie ne s'est jamais intéressé à la santé de villageois, donc il est inutile d'argumenter aussi que la Mairie empêche effectivement la commune de s'offrir un vrai médecin.


En conclusion, vous comprenez, ne pas enterrer aussi, avec les fils électriques et les morceaux de verre, l'honneur de la Mairie, dont la publication officielle ne fait même pas état de l'existence depuis dix ans d'un cabinet médical à Dammartin, serait toujours souhaitable.


Une Mairie qui répond avec une telle férocité aux injonctions de la réalité, serait, peut être, et pourra aussi se manifester comme plus utile aux villageois quand elle favorisera la santé de ses habitants plus que les travaux "publiques" d'enterrement, y compris celui d'un médecin.


Mais il y'a mieux pour votre compréhension de la situation !


Suite au "traitement" appliqué par la Maire du Dammartin au médecin du village, tombé malade au service de ses patients, vous vous souvenez, l'état de santé du cancéreux transplanté du foie s'est aggravée. Même le travail obligé à mi-temps "en secteur 3" (au statut de médecin indépendant de contraintes administratives de la Sécurité Sociale) n'ont pas aidé les élus de comprendre leur responsabilité dans l'"affaire".


Il y'a maintenant relation prouvée, entre le stress administré consciemment par la Mairie au médecin (qui est toujours empêché de travailler par les OTD incessants, et par les conditions du logement précaire) et son état de santé.


Les six interventions chirurgicales après sa transplantation, l'insuffisance rénale, la HTA maligne et les autres complications doivent être prises en considération autrement que par l'envoi de huissiers. Le médecin du village est maintenant, suite au "traitement" de la Mairie, déclaré travailleur handicapé.


Ce travailleur handicapé a porté plainte, avec ses certificats médicaux et les constats de huissier de justice. Monsieur le Maire, avez vous déjà préparé la saisie "légale", chevaleresque, des indemnités de handicapés aussi ? Comme cela vous aurez le loyer de la grange et vous pourrez vous vanter d'avoir travaillé pour la commune...


En même temps la France se plaint partout d'une "désertification" médicale. Kafka tourne dans sa tombe... Cela me rappelle le parti bolchévique :-) Alors que les camions de détenus politiques masqués en transport de "viande" abondaient, la presse ne manquait pas de signaler comment le pays était bien approvisionné par le parti...


Le Procureur de la République, le Préfet des Yvelines, la CEDH et les organisations de protection de droits de l'homme travaillent en ce moment même et dans le même but humain, de vous aider, chacune et chacun, de comprendre vos responsabilités respectives dans l'évolution de la santé du médecin.


Vous connaissez désormais la jurisprudence : non-assistance à une personne en danger en connaissance de cause, mise en danger de la vie d'autrui avec une volonté prouvée de nuire, empêchement de la circulation d'information médicale, non-respect du droit de travail, non-respect du droit à la santé, et non-respect du droit de vie, associés avec de la maltraitance, le harcèlement et la négligence. L'ère de l'impunité des élus, vous le savez, est résolue.


La "stratégie" du "pourrissement" n'a jamais été saine. Maintenant, après tant d'années, à cause de l'entêtement irresponsable du Maire de Dammartin, un caractère de La Bruyère distant, hautain et irrespectueux de la vie humaine, le jugement, amendes individuelles de l'ordre de 50.000 €, dommages, frais et intérêts, plus demandes de peines de prison ferme seront au menu.


Si le temps de procédures pénales dépasse celui de la durée de vie du médecin, restez assurés que mes amis, mes patients et mes successeurs les continueront.


Celle-ci était ma dernière lettre. Elle est comme je vous l'ai promise, ouverte. Vous pouvez la lire ici et maintenant dans les diverses médias. Les patients sont priés de faire leurs captures d'écran, et leur reprises du texte au cas où les "autorités" laveront leur conscience par la censure.


Enterrer les verres cassés près du cimetière c'est bien. Ne pas enterrer le médecin c'est encore mieux. S'il n'y avait pas l'humanité et la bonne foi de mes cinq mille patients, j'y serais déjà enterré aussi, sans doute, généreusement, aux frais de la Mairie.


Si le médecin ne parle pas, les pierres vont parler.


Vous comprenez, il ne s'agit pas de pierres du cimetière de Dammartin.


PS

S'il vous plaît, pardonnez le modérateur !
Il a la moderation intense, et pas d'intensité dans sa modération.
Restez polis, patientez, et vous pouvez tout dire ici chez nous !
Soyez les bienvenus ! Allez-y !

Note : In Romanian comments we don't accept approximations in "webbese" for Romanian characters.